Eczéma bébé : quelles solutions ?

Généralement d’origine génétique, l’eczéma du bébé apparaît au cours de ses trois premiers mois. Sa peau devient irritable, sèche, perméable et plus sujette aux infections. Certes, il s’agit d’une maladie bénigne, qui n’engendre pas de conséquences particulières sur la santé du nourrisson. Mais elle préoccupe de nombreux parents. Des rougeurs apparaissent sur le visage de bébé, au niveau de ses épaules, de son dos, de ses cuisses, etc., et il se tortille dans son lit. Il souffre… et vous aussi. Il existe tout de même des solutions pour le soigner.

Le recours aux dermocorticoïdes, le premier geste

Deux catégories d’eczéma existent : l’eczéma de contact et l’eczéma atopique ou dermatite atopique. Pour ce dernier, on ne trouve encore aucun traitement définitif. Néanmoins, les médecins prescrivent souvent, en fonction de la poussée de la maladie, des dermocorticoïdes. Il s’agit de pommades ou de crèmes à la cortisone. Une prise en charge rapide de votre bébé peut soulager son quotidien, et le vôtre aussi. En effet, cette solution réduit l’inflammation cutanée, annihile les démangeaisons et restaure les barrières protectrices de la peau du nourrisson. Par la suite, un traitement d’entretien sera effectué pour espacer les poussées et diminuer les fréquences d’apparition de l’eczéma du bébé. Par principe, les dermocorticoïdes s’appliquent une fois par jour, souvent le soir. Mais pour les peaux sensibles, le rythme peut différer. D’où l’importance de consulter un médecin et de suivre le dosage qu’il indique. Surtout, n’adoptez pas le traitement prescrit à un autre bébé : un mauvais dosage ou produit pourrait créer des lésions. Par ailleurs, la durée du traitement n’est pas figée, elle varie en fonction de la zone où se situent les plaques de rougeurs et le type de lésion. Si pour certaines peaux, il dure deux semaines environ, pour d’autres le délai peut augmenter. Quoi qu’il en soit, suivez scrupuleusement les conseils pour l’eczéma du bébé. Mais il arrive que le traitement échoue. Le spécialiste conseille alors une autre solution.

Le traitement local par tacrolimus

Si les dermocorticoïdes restent sans effet sur la peau du nourrisson, on procédera à un traitement local par tacrolimus à base de crème ou d’onguent. La méthode la plus utilisée consiste à effectuer un entretien deux fois par semaine. Son principal avantage réside dans la possibilité de travailler sur des zones sensibles, à l’instar du visage et des paupières, où la peau s’avère fine, sans risque d’abîmer l’enveloppe cutanée. Cependant, contrairement aux dermocorticoïdes, le traitement par tacrolimus ne s’applique qu’aux nourrissons de plus de deux ans, et seuls les pédiatres et dermatologues s’occupent du suivi. Sur les peaux sensibles, la démangeaison peut être importante. Dans ce cas, des antihistaminiques entreront en scène. Leur mission ? Réduire l’irritation. Le bébé pourra dormir tranquillement la nuit sans se tortiller. Par ricochet, vous aussi pourrez profiter de douces nuits de sommeil. Outre les antihistaminiques, le médecin peut éventuellement prescrire des antibiotiques. Il met en œuvre cette démarche en cas de surinfection. Cela dit, les nourrissons ne sont pas les seuls à souffrir d’eczéma, les enfants plus âgés aussi. À partir d’un certain âge (huit ans), ils peuvent profiter d’un traitement par photothérapie. Sous ce terme générique se cache un suivi médical par usage de rayons ultraviolets (UV).

Hydrater au quotidien le corps du bébé

La sécheresse cutanée, quasi permanente chez un nourrisson, constitue un facteur favorable au développement de l’eczéma. Il n’existe pas 36 000 solutions pour surmonter ce problème : hydrater et hydrater encore son corps. Vous pouvez utiliser des compresses d’eau fraîche à cet effet. Appliquez-les sur les parties où apparaissent les plaques rouges sur le bébé. Donnez-lui quotidiennement un bain d’au moins 10 minutes dans une eau tiède. Attention cependant à ne pas excéder ce délai : un bain prolongé pourrait déshydrater davantage son enveloppe cutanée. Plutôt que d’utiliser un savon parfumé, préférez un nettoyant doux ou un produit qui n’irritera pas sa peau. Un savon surgras, une huile de douche ou un produit spécifique eczéma chez bébé serait parfait. Pour sécher votre nourrisson, évitez de le frotter vigoureusement. Câlinez-le, chouchoutez-le, dorlotez-le en utilisant une serviette douce. Ce moment de complicité parent-bébé, rehaussé par ce sourire qui se dessine sur ses lèvres, resserre les liens affectifs qui vous unissent. Aussitôt après le bain, appliquez sur son corps une crème hydratante et émolliente adaptée à sa peau. Idéalement, répétez l’opération au moins deux fois par jour en vue de le maintenir hydraté et de le protéger contre les irritations. Ne le couvrez pas trop la nuit, au risque d’aggraver ses démangeaisons, et évitez les nombreuses peluches postées sur son lit. Au contraire, aérez au maximum sa chambre.

Comment éviter l’eczéma du bébé ?

L’eczéma constitue une maladie héréditaire, mais on peut la prévenir. Mieux, vous pouvez l’éviter ! Pour cela, il suffit de porter au nourrisson des vêtements au tissu doux et soyeux : le coton fin s’avère idéal. La nuit, portez-lui des gants légers en coton pour le protéger du froid. À ce propos, lorsque vient le froid de l’hiver, sortez votre pommade hémostatique et appliquez-la sur son visage. Pour éviter que le bébé se blesse pendant que vous le recouvrez de son arsenal de protection ou lorsque vous le lavez, coupez-vous les ongles et limez-les. Du côté des produits à utiliser pour laver ses habits, optez pour un savon doux et souple. Il se peut qu’en dépit de tous ces conseils pour l’eczéma du bébé, il développe cette maladie. Vous devriez alors consulter un médecin. Mais quand ? Lorsqu’il présente des lésions suintantes avec des poussées aiguës, qu’il a le sommeil troublé, qu’il souffre d’allergie respiratoire, ou que les parties atteintes d’eczéma chauffent et qu’il a la fièvre, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé. Plus tôt vous le ferez, mieux ce sera : le bébé se portera bien.