Vie de maman

Quand la bronchiolite attaque…

30 novembre 2012

Saviez vous que la bronchiolite touche 30% des nourrissons ? Et bien moi, j’étais loin de l’imaginer jusqu’à la semaine dernière ! Trop persuadée que ma petite fleur était protégée par les bienfaits de l’allaitement, jamais je n’aurais pensé que mon bébé se retrouve dans cet état… si petite !

Tout à commencer un samedi, quand Juliette se mit à tousser ! Pas très inquiétant étant donné qu’elle fait ce que l’on appelle l’asthme du nourrisson. Bon bien sûr, nous avons commencé son traitement dès les premiers signes et nous lui avons répété  mille fois de mettre sa main devant sa bouche et de ne pas toucher sa petite sœur !
Des consignes pas suffisantes puisque 3 jours plus tard, Rose se mit à son tour à toussoter ! Pas de rhume ni de fièvre, je ne m’inquiète pas trop mais appelle quand même notre médecin pour avoir l’esprit tranquille. « C’est sans doute à cause des reflux, ne vous inquiétez pas ». La nuit se passe pas terrible, Rose à une belle toux, à chaque fois je réveille mon mari tellement j’ai peur qu’elle ne s’étouffe !
Le matin suivant, Rose n’a plus de voix, du moins elle pleure sans sortir un son ! Direction le docteur, qui lui prescrit de quoi laver son petit nez, des suppos pour la toux et du doliprane en cas de fièvre. Forcément quelques heures plus tard la fièvre débarque. 38 et premières inquiétudes… sa toux ne s’arrange pas, Rose commence à siffler. Connaissant pas mal la bronchiolite grâce à la plus grande (qui a commencé à 8 mois et non à 1 mois), je le sens mal.
Re-mauvaise nuit, dur de fermer l’oeil, je reste à l’affut pour la relever dès qu’elle tousse ! Le lendemain, chez le docteur le verdict tombe, c’est une bronchiolite ! Même le docteur ne cache pas son inquiétude, à un mois, c’est embêtant ! Je repars avec ma prescription de celestène et de ventoline, mais je me retrouve vite découragée car trouver un petit masque pour inhaler la ventoline s’avère être plus compliqué que ce que je pensais !
Deux heures plus tard, on file aux urgences de St Joseph.

Une nuit en observation se transforme en cinq jours d’hospitalisation !

Radio du poumon, prise de sang, tout commence avec quelques examens, puis Rose est montée en chambre. Elle, a un grand lit à barreaux, et moi… une petite banquette (la galère pour allaiter !)
Rose est branchée pour surveiller son petit cœur et sa respiration, et très vite, sa saturation n’étant pas satisfaisante, elle est mise sous oxygène. Première nuit difficile, la petite est agacée par tout ce bordel, les machines s’emballent, l’infirmière monte l’oxygène régulièrement, elle finit par s’endormir et moi aussi ! Le lendemain matin, visite du docteur, qui m’explique qu’à cet âge le meilleur remède c’est encore l’oxygène et l’alimentation en continu... ce qui veut dire, faire passer un petit tuyau par son nez pour la nourrir 24h/24. Une manipulation plus impressionnante pour les mamans que pour le personnel visiblement habitué à cette manipulation. C’est à ce moment que l’angoisse commence à monter, Rose hurle tout ce qu’elle peut, et là je ne cache plus mes larmes et pleure avec elle ! Mon bébé souffre et je ne peux rien y faire. Comment lui dire que la vie à aussi ces mauvais côtés, à seulement un mois c’est pas juste ! C’est parti pour trois jours identiques ! On monte l’oxygène, le baisse quand sa sat remonte… Je tire mon lait, appelle l’infirmière quand la poche de sa sonde est vide, tente de la prendre dans mes bras quand elle pleure (toujours plus de voix), mais avec tout ces fils, c’est juste l’horreur de l’attraper sans en débrancher  un et donc sans que la machine ne se mette à sonner… de quoi devenir fou !  Rose est très faible, n’a même plus la force de téter… l’angoisse pour une maman !

Et voilà comment nous nous sommes retrouver en tête à tête, toutes les deux entre quatre murs ! Heureusement, St Joseph est un hôpital top avec une équipe en pédiatrie vraiment très gentille et à l’écoute des inquiétudes des parents ! Pour avoir fait 4-5 équipes différentes, on peut vraiment dire qu’ils sont tous supers !

Après un très mauvais lundi, Rose se réveille le mardi avec un grand sourire ! Bon elle arrache une nouvelle fois sa sonde, tente même d’enlever l’oxygène de son petit nez ! Le docteur passe, elle est mieux, on lui laisse sa chance et arrêtons l’alimentation ! Grand soulagement, Rose est enfin sur le chemin de la guérison !
Le lendemain nous retrouvons notre home sweet home !

La bronchiolite est un virus très contagieux, pour l’éviter il faut se laver en permanence les mains (et c’est valable pour tous ceux qui approchent bébé) et éviter les personnes enrhumées !
Bon… l’hiver ne fait que commencer alors bonne chance à tous les parents de nourrisson !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply


*